samedi 26 octobre 2013

USAU Championship

Après 12 ans sur les superbes terrains de polo de Sarasota en Floride, USA Ultimate a décidé de déménager son championnat de fin de saison à Frisco, Texas. Disons-le d'emblée: ce n'est pas Sarasota. L'an dernier, nous avions les condos au bord d'une des plus belles plages aux États-Unis, souper sur terrasse avec vue sur le coucher de soleil tous les soirs. À Frisco, nous avions un hôtel avec vue sur l'autoroute ou sur celle d'un grand stationnement, au choix. On n'est pas tout à fait dans le même ordre d'idée. N'empêche, juste l'autre côté du stationnement, il y avait nos terrains, cela nous permettait de s'y rendre à pied, ce qui est fort agréable. Parlant des terrains, les non-synthétiques étaient tout simplement fantastiques, on avait l'impression de jouer sur une allée de golf. 17 terrains de Ultimate lignés (des belles lignes larges comme les terrains de soccer, avec même les lignes à ne pas dépasser sur les lignes de coté), éclairés. Tout ça, juste à côté du stade du FC Dallas, l'équipe de soccer de la MLS. Au risque de citer un grand philosophe québécois "ils l'ont tu l'affaire les américains?"

La plupart des joueurs sont arrivés tôt mercredi, assez tôt pour faire une sieste en arrivant, ensuite aller se délier les jambes avec quelques lancers et aller faire une épicerie pour le reste de la semaine. Bonne nouvelle, Nico est de retour en uniforme. Il avait subit multiples fractures à la joue au Philly Invite en juillet, il a du passer sous le bistouri dans la semaine suivante, on n'attendait pas son retour aussi tôt. Par contre, Janique et Gus n'ont pu nous accompagner n'ayant pas réussi à obtenir à nouveau des vacances pour ce tournoi. C'est quand même notre 3ème tournoi de la saison à distance d'avion (sauf pour JuT, qui est une dure a cuire et qui a pris la voiture pour la Caroline), qui débute le jeudi, (avis aux commanditaires potentiels) ce n'est pas facile pour tous d'avoir les moyens et la possibilité de prendre des vacances aussi facilement, on le comprend bien. Quoiqu'il en soit, nous n'avions que 6 filles pour le tournoi c'est vraiment peu en comparaison avec une dizaine pour la plupart des équipes. Peut-être pas une mauvaise chose que USAU a changé son format de tournoi pour passer directement à la phase éliminatoire le vendredi au lieu des powerpools des années dernières. Ce changement de format n'a pas fait l'unanimité chez les joueurs du circuit, mais disons que dans notre situation on va attendre l'an prochain avant de se plaindre.


Au niveau des lignes, Julie Tremblay, Caro et Isa étaient de la ligne offensive, alors que Julie Beaulac, Clau et Anne-Ma étaient en défensives. Du côté des garçons, Phil Camiré, Félix, Ray, Chris, JP et Hugo s'alternaient le travail en offensive. Alors que Kev, PP, Gab, JL, Nico, Yan et Titi évoluaient plus souvent en défensive. Yoland lui, il était utilisé à toutes les sauces selon les besoins du moment.


Pour ce qui est du préclassement, malgré notre 6e place au classement de la saison régulière, nous étions pré-classés 13e. Cela s'expliquer par nos déboires au championnat du nord-est, on devait absoluement être classé derrière les 4 autres équipes. Notre présence dans la poule A, a suffit pour que quelques blogueurs qualifient notre poule de "poule de la mort".


Jeudi

Kevin domine l'espace aérien
Le jeudi matin, nous affrontions Drag'n Thrust, une formation du Minnesota réputé pour son jeu long. La constance de la ligne offensive semble avoir été égarée par la compagnie aérienne (on vous avait pourtant averti de ne plus prendre United). Le début de match a été difficile, la rosée n'avait pas eu le temps de sécher, nous tirions de l'arrière 5-1. Heureusement, la ligne défensive (avec Gab, Kevin et Yan en tête) appelée en renfort à l'attaque a assurée et a freiner l’hémorragie. C'est cette même ligne qui a ensuite été chercher des bris pour combler l'écart et nous remettre dans le match. Kevin était tout simplement en feu, dominant l'espace aérien et lançant des bombes avec précisions. À 13-12 pour eux, Caro fait une passe à Hugo pour le point. Un joueur adverse appelle un marché avant de retirer son appel. Le numéro 9 adverse qui était loin du jeu décide de s'en mêler et prétend que l'appel du marché était valide. Les observateurs ont tranchés, non seulement ce n'est pas un marché et le point est bon(14-14), mais ils donnent également un TMF(Team misconduct foul) au numéro 9. Là ou ça devient intéressant c'est que c'est le 3ème TMF de la partie pour les "minnesotains", ils débuteront donc le point univers sur un jeu arrêté, acculés dans le milieu de leur zone de but. Après quelques passes, ils ont réussi à sortir de leur zone de but et ont avancé le terrain. À quelques verges de notre zone de but une passe à flotté légèrement et c'est Kevin (encore lui) qui a réussi la défensive. Bourré de confiance, Kevin a tenté une soucoupe (scoober) d'une quinzaine de verge à PP, mais une fille adverse passait par là, PP n'a pu atteindre le disque. Ils ont bien sûr marqué et se sont sauvés avec la victoire.


Ce match a eu l'effet d'une claque au visage. Il fallait absolument sortir très fort et rebondir contre AMP, finir 3ème ou 4ème de notre poule signifiait probablement affronter Slow White ou The Ghost en huitième de finale le lendemain, alors nous connaissions bien l'enjeu de notre rencontre contre l'équipe de Philadelphie. Les filles de AMP sont très bonnes et évidement, ils ont tenté le coup de jouer à 4 filles (l'équipe en attaque a le choix de jouer à 3 ou 4 filles). On en a profité pour aller chercher un bris, capitalisant sur une erreur d'une passe d'une fille à une autre. Ils ont retenté le coup 3 points plus tard, même résultat. Chaque fois, c'était Nico, Titi et JL qui étaient sur le terrain du coté masculin. Ces points ont pris une tournure importante, non seulement, ils nous permettent de placer notre équipe en avant en début de match, mais en plus on leur enlève l'envie de jouer à 4 filles. Ils ne l'ont plus refait par la suite. Imaginez l'impact de jouer à 4 filles un point sur deux pendant une partie complète sur l'énergie de nos dames pour le reste de la journée et du tournoi. Notre ligne offensive avait retrouvé ses élans, tellement plus facile de jouer lorsque l'équipe est en avance. C'était 8-4 à la mi-temps, on débutait la deuxième mi-temps à l'offensive, il y avait quelques hommes à moustache l'autre côté, on avait beau essayer d'éviter le sujet, ça ressemblait drôlement à un scénario déjà-vu. On savait donc qu'il n'y avait rien d'acquis et qu'il fallait continuer de travailler. Après quelques points réussis par les lignes offensives, ils nous ont brisés 2 points consécutifs à l'aide d'une défensive de zone, par contre nous avons réussi à stopper l’hémorragie et notre ligne défensive a complété le travail avec 2 bris pour clore le match. Victoire de 14-8 contre les champions de la saison régulière. Ça fait du bien et, étant donné le différentiel, cela nous mettait en bonne posture pour la suite. Bien sûr il fallait gagner contre 7express, mais avec une victoire de AMP sur Drag´n Thrust, un scénario fort possible, il y aurait une triple égalité et avec notre différentiel nous serions ainsi premiers de la poule.

Crédit Photo: Andréane Bourgeois
7express a terminé devant nous dans notre région, mais nous ne les avions pas affrontés et historiquement, ils ne nous avaient jamais causé beaucoup de difficulté. Nous jouions en confiance et la défensive est allée chercher les devants tôt dans la partie. Nous n'avons jamais été vraiment inquiétés. Victoire de 15-8.  Dans la partie AMP vs Drag´nAMP a mené tout le long par 3 points avant de s'effondrer en fin de partie pour laisser filer la victoire. Nous terminons donc 2ème de notre poule et affronterons Cosa Nostra le vendredi matin. Cela ne changeait pas grand chose pour notre 8ème de finale, mais dans l'éventualité d'une victoire cela compliquait les choses pour le quart.  
Attrapé ou strip?
Comme à chaque fin de journée de tournoi, lors du souper d'équipe, nous avons élu le (pire)jeu du jour. Jamais aussi peu de discussions n'ont eu lieu, la soucoupe de Kevin lors du point univers a fait l'unanimité. Pas facile de jouer pour Odyssée, les bourdes sont exposées au grand jour :)


Vendredi

Nous affrontions donc l'équipe locale, en huitième de finale, il n'y avait plus droit à l'erreur, le moindre faux pas nous sortait de la course au championnat. C'était beaucoup plus venteux en ce vendredi, définitivement, le vent allait être un facteur et les bris face au vent seront difficiles à obtenir. Lors du premier point, nous avons obtenu un revirement, on entendait les gens crier "il faut absolument marquer", "juste des passes safes", "vous avez 2 temps-morts" sur les lignes de côté, c'est dire l'importance qu'on accordait à réaliser un bris face au vent. Rendu tout près de la zone de buts, Nico a complètement raté sa passé pour le point à Yoland. Ils ont remonté le terrain et pris les devants 1-0. Lors du point suivant, Isa a réalisé une belle défensive sur une fille, celle-ci se blessant accidentellement au passage. C'est a ce moment que la sirène annonçant des éclairs à proximité a retenti, nous devions quitter le terrain, le jeu serait suspendu pour au moins 30 minutes. À la reprise des hostilités, finalement la fille avait appelé une faute, après avoir écouté la version d'Isa, les observateurs ont tranché et décidé que c'était bel et bien une faute. Cosa gardait donc la possession, ils ont monté le terrain et réussi un premier bris. Avec ce vent, presque chaque bris venait en double, puisque de remonter le terrain face au vent était très difficile. Ils ont pris les devants 3-0 par la suite et même 5-1. Les texans semblaient mieux jouer que nous avec le vent dans le dos, leur jeu long était précis et ils réussissaient plusieurs point d'attaque facilement. Notre jeu long à nous était souvent beaucoup trop long, nos passes défonçant le terrain. On a fini par se replacer et avons repris nos bris juste à temps pour la pause de la mi-temps: 8-7 pour les Texans.


Belle technique crocodile! Julie Tremblay
En début de 2e mi-temps, le scénario du début de match semblait se répéter et ils ont pris une avance confortable de 13-10. N'empêche Caro Cadotte jouait un solide match, tout y était: plongeons défensifs, tracés "up-the-line" destructeurs. Lorsqu'elle a attrapé un disque tout en hauteur un peu plus tard, on a entendu les joueurs adverse sur le coté dire "Hey, I think this is the same girl that trew the hammer!!!", ils étaient abasourdis, apparemment, ils n'avaient jamais rencontré Caro auparavant. On avait donc besoin de deux bris face au vent et un bris avec le vent pour remporter la partie. Sur le premier bris face au vent, on a finalement réussi à bloquer leur jeu long et les avons obligé à réussir plusieurs courtes passes. Ils ont fini par en rater une. Titi qui couvrait le meneur de jeu adverse lui a fait payer son manque de rapidité en réussissant à se démarquer à plusieurs reprises, avant de lancer un revers pour Chris pour le premier des 3 bris qu'il nous fallait. Pratiquement chaque bris venant en double, on a réussit le suivant: 13-13. Lors du point suivant, Titi a fait la défensive en coupant une passe à un joueur de soutien, après quelques passes, Chris a rejoint Camiré dans la zone des buts bon pour un 3e bris consécutif: 14-13. Chaque bris venant en double (l'ai-je déjà dit?), on a terminé le tout avec un autre bris: victoire de 15-13. Quelle remontée! On était bien fiers et on festoyait grandement. Sur les autres terrains, la principale surprise, si cela est une, est venue du match entre Slow White et AMP, nous étions persuadés que Slow White allait l'emporter, mais c'est l'équipe de la Pennsylvanie qui a eu le dessus.




Isa a tout donné pour faire la D.
En quart de finale, nous affrontions Polar Bears, les deuxièmes favoris du tournoi. Depuis nos rencontres au US Open, ils ont ajouté quelques pouces à leur alignement. Alex Nord, légende des belles années de Sockeye, et Ben Hubbard, tous deux à 6'5" sont des nouveaux venus assez imposants. Lors du lancer d'engagement du début du match, Caro veut simplement bloquer le disque qui roule mais le botte vers l'avant. Probablement encore dans l’euphorie du match précédent, elle prend le disque et le redépose à l'endroit du point d'impact de son botté. Tout le monde sur le terrain s'est regardé en se demandant ce qu'elle venait de faire. Polars Bers également semblaient se demander s'ils appliquaient le règlement à la lettre ou s'ils faisaient preuve d'extrême esprit du jeu. Ils ont finalement opté pour la 2e option, c'est tout à leur honneur. En début de match, il y avait plusieurs revirements de part et d'autres. Notre défensive a raté 2 occasions tôt dans le match. Avec la longueur des points, les filles commençaient à être fatiguées et comme elles étaient toutes traceuses, on manquait un peu de tracés lorsqu'on avait le disque. Également, les Kevin, JL, Yoland et Titi, des traceurs naturels, devaient jouer comme meneur de jeu et face au vent, ce n'était pas nécessairement évident. La ligne offensive, elle, était émotive et semblait influencée par le jeu long des ours polaires, comme si le fait que ça fonctionne pour eux augmentait les chances que ça fonctionne pour nous. On tentait plusieurs longues passes avec très peu de succès. L'histoire se répète, on tirait de l'arrière 5-1, 6-1 même. On a bien tenté de revenir de l'arrière on a réalisé quelques bris, mais ils répliquaient aussi tôt. Contrairement à ce qu'ils nous avaient habitués, ils faisaient plusieurs revirements, mais avons eu beaucoup de difficulté à en profiter. On s'incline finalement 14-11 en quart de finale(contre une équipe de la Californie) pour une 2e année consécutive et notre rêve de gagner une deuxième couronne prend fin. On y croyait vraiment la déception est vive! On entre donc dans la phase du tournoi où le format est plus nébuleux. Plutôt que le classique tournoi pour la 5e place entre les 4 équipes qui ont perdu en quart de finale, ils classaient les 4 équipes selon le classement de la saison régulière, les deux premières s'affronteraient pour un match de la 5e place, alors que les deux suivantes participaient à un tournoi de la 7e place, avec les équipes 9 à 12, afin de gagner une place dans le Pro Flight l'an prochain. On devait donc revenir sur les terrains à 19h30 pour affronter le gagnant de Cosa Nostra et The D'Oh Abides pour assurer notre qualification.



Qu'est-ce qu'il a dans la bouche le 12 rouge?

Finalement c'était à nouveau Cosa Nostra qu'on devait affronter. Malgré notre défaite un peu plus tôt, l'ambiance était bonne, les gens était de bonne humeur sur le terrain, le vent s'était calmé et il faisait bon jouer sous les réflecteurs. Tant qu'à jouer, on va jouer pour gagner. L'ambiance de l'équipe semble avoir influencé la ligne offensive qui jouait maintenant à l'intérieur de ses moyens. On a rapidement pris les devants et maintenu cette avance pendant une longue période. Moment cocasse : un peu avant le tournoi, suite à la diffusion d'un article analysant les âges des joueurs participant au championnat, on s'est aperçu qu'à l'intérieur d'Odyssée, il y avait vraiment un clivage entre 2 générations, les 26 ans et moins et les 30 ans et plus. Lorsque JL a appelé Kevin, PP, Yoland et Gab sur la même ligne, on entendait les "Enwoye dont les 26 ans et moins, montrez-nous que vous avez des jambes". Après un superbe lancer d'engagement de Yoland, l'autre équipe a fait environ 2 passes avant de lancer à un gars fin seul dans notre zone des buts. Beaulac (34 ans!) a bien tenté de sauver les meubles mais en vain. Comme quoi les jambes ce n'est pas tout. Belles performances les 26 ans et moins!
Une paille? Sérieux?

L'équipe locale a tenté de nous refaire le même coup en fin de partie en réussissant à revenir de l'arrière et créant l'égalité 13-13. Heureusement, on s'est repris à temps et avons marqué les 2 derniers points. Autre victoire de 15-13.  On confirmait ainsi notre place dans le top8.

Selon le calendrier, il y avait un match de prévu pour la 7e place. Ce match était prévu le samedi à 17h30, en même temps que la première demi-finale masculine. Il y avait 2 objectifs pour cette rencontre, le premier, au cas où AMP qui, en raison qu'ils sont champions de la saison régulière, avait sa place assurée dans le Pro Flight n'était pas dans le top8, la 7e place était la dernière à accéder au Pro Flight, or ce n'était pas le cas, AMP a fini 6e. Le second objectif était de déterminer un classement entre les équipes américaines, au cas où plusieurs laisser-passer se rendaient disponibles pour les prochains championnats du monde. Or étant canadiens, nous n'aurions pas droit à l'un de ces laisser-passer si tel était le cas. Il n'y avait donc vraiment aucun enjeu. Les matchs de 7e place dans la catégorie homme et femmes ont été annulés également par manque d'enjeu.  Il y a aussi la situation au niveau des filles, quelques unes d'entre-elles étaient bien près du claquage. On a tenté de faire déplacer la partie pour la jouer plus tôt et ainsi pouvoir profiter de la journée de samedi, mais en vain. On a donc décidé de ne pas jouer la partie.


Vendredi soir venu, lors du dévoilement du jeu de la journée, on avait soudainement beaucoup plus de candidats, en voici quelques uns:
  • Passe poussée de PP à Titi dans le vent, lors du 3e match: de toute beauté.
  • Lancer du revers de JL après un précieux revirement près de la zone adverse, alors qu'on avait besoin d'un bris pour revenir de l'arrière le matin.
  • Lancer tondeuse de Nico lors du premier point du match.
  • Lancer tondeuse de Gab contre Polar Bears.
  • Toutes les longues passes trop longues à Félix.
  • La ligne des 26 ans et moins.
  • Hugo et ses 2 échapées et demi (après avoi jonglé avec la 3e, il a fini par la rattrapper.
  • 3 longues passes ratées dans le même point de Ju Tremblay
  • Camiré qui se fait battre dans les airs par un gars qui n'a même pas sauté (Alex Nord)
  • Caro qui a oublié de se lever le matin
  • Team Support qui a oublié le chandail blanc de Ju
  • Le pull de 20 verges à Gab.
  • Caro qui replace le disque au sol contre Polar Bears
C'est la ligne des 26 ans et moins qui l'a emporté. Good job les boys!
Hugo, tu as une commandite de Friction Gloves pour cette photo?

Samedi
Ayant annulé notre partie, on pouvait profiter de la journée pour apprécier les demi-finales. Les demi-finales avaient lieu sur le terrain d'une école secondaire. Premièrement, il y avait un terrain dans un superbe stade sur gazon naturel, de la place pour environ 8000 personnes dans les estrades. Un peu plus loin, il y avait un autre plus petit stade, même gazon, cette fois environ 2000 personnes pouvaient assister à la rencontre. Wow, c'est beau avoir des moyens!

La première demie-finale dans le stade était une de la catégorie mixte, celle où s'affrontaient The Ghosts et Drag'n Thrust. Nous étions assis avec les filles de Nova. On a tôt fait de choisir nos favoris: The Ghosts. Il y avait Bo et Dion qui évoluaient pour eux, il y avait le numéro 9 de Drag'n Thrust qu'on n'aimait pas trop, il y avait Julie Tremblay et Audrey St-Arnaud qui jouaient pour eux l'an dernier et qui connaissaient les joueurs. Le jeu de The Ghost reposait sur 5-6 joueurs masculins, les filles touchaient très peu au disque. Du coté de Drag'n Thrust, c'était tout l'inverse, les filles réalisaient de gros jeux, même des défensives sur des garçons. Alors que Drag'n Thrust étaient tout près du but, ils ont accumulés les erreurs (spécialement les filles) et en contre-attaque c'était le spectacle Jeff Graham. À chaque point de la remontée, on entendait les "D-Fence-D-Fence" dans les estrades. Le point de 14-13 où les fantômes ont marqués pour faire 14-14 a duré quelques 20 minutes avec plusieurs changements pour blessure. Quel spectacle et que d'émotions! Finalement au point univers, Drag'n Thrust ont finalement réussi à marquer le dernier point. Vraiment, il s'agissait de tout un spectacle et il faisait bon faire partie de la fête. 

Après avoir vu la fin de l'autre demie-finale, Polars Bears qui a gagné 14-11 contre Wildcard, certains ont décidé d'assister à la demie du coté des dames, d'autres ont tenté l'expérience Karting. Belle performance de PP qui a survolé la piste et obtenu le meilleur tour!

Par la suite, malgré le froid, on a assisté aux demies-finales masculines qui se déroulaient toutes les deux dans le stade, une à 17h30, l'autre à 20h. 2 solides parties, surtout la première où Ironside affrontait Sockeye. La confrontation Stubbs-Rehder était une des belles confrontations à voir. C'est Rehder et Sockeye qui ont eu le dessus. Rehder réalisant une défensive du bout des doigts sur un lancer marteau en toute fin de match. Wow! Encore une fois, quel spectacle! C'était l'unanimité chez les joueurs d'Odyssée, on était heureux d'assister à du ultimate d'aussi haut niveau. Aurions aimé être plus chaudement habillé, mais lorsque tout le monde était debout c'était un peu plus chaud. L'ambiance était fantastique!
L'ambiance était à la fête dans les estrades lors des demi-finales

La suite...
Qu'est-ce qui se passe avec Odyssée l'an prochain? Disons simplement qu'on se donne quelques semaines/mois pour y penser :)

En Vrac...
·         C'est Ray qui a remporté le prix spirit pour Odyssée
·         Wildcard obtient la meilleur moyenne pour le spirit dans la catégorie mixte
·         Les équipes qui nous affrontaient ont obtenus 5 TMF. Nous en avons obtenu 2 (Fastcounting et Field rushing)
·         Avec 4 équipes dans le top 8 et une 13e place, les équipes du Nord-Est n'ont pas volé leur 5 laisser-passer.
·         4 des 6 équipes canadiennes présentes ont obtenus une place dans le ProFlight (top 8) pour l'an prochain: GOAT, Traffic, Capitals et nous.
·         Nous n'avons pas vu de fusils.
·         Lorsqu'il y a faute sur le lancer et que le lancer est à l'extérieur, il ne faut pas tenter le greatest. Le lancer est considéré attrapé lorsque l'on fait un mouvement de lancer et le règle de continuité s'applique. Kurt Gibson l'a appris à ses dépends dans l'affrontement Doublewide vs GOAT.
Vous préférez le blanc ou le noir?

2 commentaires:

  1. Bonne lecture, comme toujours!

    Bon à savoir l'histoire à Gibson :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci André! En effet... très bon à savoir. C'est arrivé juste devant nous. L'observer a été très rapide pour appeler la bonne chose. Les deux équipes semblaient s'entendre pour ramener le disque au lanceur.

      Supprimer